La DGCCRF veille aux crédits

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

DGCCRF logoC’est pas le tout de multiplier les contraintes, encore faut il les contrôler!

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié les résultats d’une enquête sur les offres de prêts immobiliers à taux fixe et à taux variable.

Les contrôles ont principalement porté sur les offres de crédit destinées à l’acquisition d’une résidence principale ou à la réalisation d’un investissement locatif. Une large majorité des anomalies et clauses abusives citées concernent les prêts à taux variable (notamment, informations contradictoires dans les offres présentées, présentation confuse du taux, manque de lisibilité de certaines clauses, etc.). A l’inverse, la DGCCRF juge que les clauses des contrats de prêt à taux fixe sont « relativement claires ». Cependant, elle pointe des manquements qui concernent l’ensemble des crédits immobiliers : absence de mentions obligatoires dans les publicités, absence de documents devant être annexés au contrat de crédit, clauses abusives ou présumées abusives, voire illicites (la DGCCRF cite une clause prévoyant des frais techniques de 350 € perçus lors d’un remboursement anticipé, contraire à la loi). L’enquête, qui a visé 125 organismes dont 25 intermédiaires et 2 organismes distribuant des prêts sans but lucratif, a donné lieu à 32 avertissements, 6 injonctions administratives, 5 intentions de procès-verbal, 1 procès-verbal et 1 procédure civile.

Sans chercher à minimiser les erreurs des organismes qui intègrent des clauses abusives ou illégales, je me permettrais de préciser:

Lisez aussi:  Eurotunnel réduit le coût de sa dette

* Un contrat comprenant une clause illégale est automatiquement déclaré « léonin » par le premier tribunal saisi… Cela est tout à l’avantage du client

* Les mentions obligatoires sur les publicités ne servent strictement à rien, elles ne sont pas lues, pourrissent les visuels ou les messages sonores dont certains utilisent plus de temps à nous lire les mentions obligatoires qu’à diffuser le message proprement dit…. Une publicité est mensongère ou non.

* Les conditions générales telles qu’obligatoires aujourd’hui sont plus faites dans l’intérêt du prêteur que de l’emprunteur. Lorsque vous faites signer 38 pages de conditions générales à un particulier en prenant soin de lui parler en même temps (pas toujours pour détourner son attention mais aussi pour soulager l’aspect fastidieux de l’opération) , vous pouvez être à peu près sûr qu’il ne lira rien et que vous lui ferez ainsi avaler toutes les petites lignes et les clauses tordues ou limites. Si vous avez un document clair en quatre pages, vous pouvez au contraire être sûr qu’il le lira et posera des questions. La DGCCRF, en imposant toujours plus de documents, toujours plus de précisions, en multipliant les documents, les informations et les délais arrive exactement à l’effet inverse de celui officiellement annoncé.

Par contre, compliquer à souhait les formalités justifie la multiplication des contrôles et le recrutement d’inspecteurs. Cela peut être bon pour l’emploi…. de fonctionnaires

 

Avez vous lu ces articles?

3 comments

Laisser un commentaire