La dépendance, l’arlésienne de la santé publique

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Déclaration tonitruante d’un membre de cabinet, agitations, concrètement rien….

La dépendance est un vrai et croissant problème. Croissant car certaines maladies comme l’Alzheimer touchent de plus en plus de personnes, croissant car la longévité accroît mathématiquement le nombre de personnes dépendantes, croissant enfin car la destruction systématique du noyau familial que connaît notre société depuis trois décennies touche maintenant les personnes qui deviennent ou sont sur le point de devenir âgées et se retrouvent seules et sans soutien. Depuis vingt ans, sociologues, professionnels de santé et professionnels de l’assurance alertent les pouvoirs publics du phénomène. Lors du mandat précédent, Madame Bachelot, alors ministre de la santé, avait annoncé avec grand renfort de publicité que la dépendance deviendrait la cinquième branche de l’assurance maladie avant la fin du mandat Sarkosy. Après l’inévitable commission de travail, les grandes déclarations de principes, ce l’enterrement de première classe.

Néanmoins le problème perdure et s’amplifie. Le coût moyen d’une personne dépendante (2000 à 3000€ par mois) augmente d’autant que les structures et les moyens de financement n’existent pas. Il faudra bien un jour que les pouvoirs publics s’attaquent au problème autrement que par la simple euthanasie.

Un petit pavé dans la mare a été lancé il y a quelques jours. Lors d’un déplacement de Michèle Delaunay, à Toulouse, le 7 septembre dernier, l’entourage de la ministre avait indiqué que cette dernière souhaitait l’adoption d’un projet de loi sur la dépendance « d’ici la fin de la première moitié du quinquennat ». Et cette même source de préciser : « Ce sera une réforme basée sur la solidarité nationale, en aucun cas, il n’est question d’y faire entrer les assurances privées. » Cette déclaration a jeté un froid. Cela voudrait dire que tous les travaux, rapports, réflexions ayant été menés jusque là sont enterrés, jetés à la poubelle sans même que la ministre ait pris le temps de rencontrer les professionnels. Ensuite, cela semble tellement ubuesque que l’Etat considère être dans la capacité de financer un tel chantier seul alors qu’il se désengage de plus en plus de la simple protection de la santé que l’on se demande si dans ce ministère comme dans d’autres, tout le monde a bien tous ses neurones en place. Enfin, on sait désormais qu’en matière de protection de la personne, le « Tout Etat » revient toujours plus cher que la gestion mixte Etat/ Privée ou la gestion purement privée par délégation d’Etat.

Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema), après ces déclarations tonitruantes du ministère en charge des Personnes âgées, a essayer de calmer le jeu: « Nous voulons croire que la déclaration n’est pas une déclaration de guerre contre les assureurs », a-t-il commenté, « Tout ce qu’on peut souhaiter, c’est que le gouvernement fasse le plus rapidement possible connaître ses projets sur la dépendance »,« nous attendrons de connaître le contenu du projet de loi pour voir s’il n’y a pas moyen de créer un partenariat public/privé. »

Ce qui est à craindre en fait, c’est qu’il n’y ait aucun projet, si ce ne sont que des intentions idéologiques lancées par un ministre manquant de visibilité dans un contexte où son chef de Matignon a demandé de s’agiter médiatiquement pour contrer la campagne en inaction menée par la grande presse. Le bon sens et le pragmatisme veulent que ce mandat ne connaisse pas de grande mise en place de financement de la dépendance, ou que cela se mette en place avec les assureurs privés. On ne peut pas décréter 20Md€ de prélèvements supplémentaires par an en réduisant le périmètre de l’Etat et se lancer dans un tel chantier générant de nouveaux coûts.

 

Avez vous lu ces articles?

One thought on “La dépendance, l’arlésienne de la santé publique

Laisser un commentaire