Hamon rattrapé par ses vieux démons

Analyses, Caroussel
The following two tabs change content below.
DEA d'histoire - ENA - Passé par la FFSA, le MEDEF, administrateur de l’ACOSS, de la CNAV, de l’UNEDIC, de Pole Emploi, de l’AGIRC, de l’ARRCO, président de l’APEC, mais aussi trésorier de l’OPCA de l’assurance, administrateur de B2V etc etc.... Auteur de "Jusqu’ici tout va bien"; "Au coeur du MEDEF"; "Faut-il quitter la France?"

Hamon revient aux vieux démons économiques de la gaucheHamon est théoriquement LE candidat socialiste à l’élection présidentielle. En tant que tel, il est obligé de rassembler les quelques électeurs qu’il lui reste…

Ah vraiment! Quand on écoute Hamon, on ne peut pas s’empêcher de se dire que, parfois, ne pas être alourdi par une famille politique (cas d’Emmanuel Macron), qui vous demande de porter fièrement toutes les névroses qu’elle se traîne depuis des générations, ça aide. Accusé de ne pas assumer le bilan désastreux de François Hollande, et limité par les vieux fantasmes sociaux d’une gauche abîmée par le temps, Hamon donne consciencieusement des coups de hache dans les points les plus intéressants de son programme, pour un bénéfice politique qui sera à peu près nul.

Hamon transforme sa seul vraie idée, le RU, en vulgaire alloc

Cette semaine, Benoît Hamon s’est d’abord ingénié à tuer son projet de revenu universel, en le transformant en nouvelle aide sociale. Il faut dire que le projet qu’il avait lancé à la cantonade en décembre coûtait très cher et mettait la France en position de sortir de la zone euro s’il avait dû se réaliser sous la forme qu’il avait évoquée. Et, à moins d’assumer le glissement de notre beau pays vers une forme assumée d’Union Soviétique moderne, on voyait mal comment il pouvait préserver être porté dans le cadre de nos institutions.

Lisez aussi:  Macron l'européiste est au travail...

Une méthode simple aurait consisté à financer le revenu universel en le substituant à notre coûteuse sécurité sociale. Hamon avait d’ailleurs tenu des propos en ce sens, en accord avec la Fondation Jean-Jaurès. Cette formule aurait correspondu à un véritable renouvellement des idées de gauche, en créant de nouvelles solidarités totalement neutres pour les finances publiques.

Malheureusement, Hamon est rattrapé par les vieux démons de la gauche pour qui l’intervention de l’Etat doit être en expansion permanente, et pour qui 56% de PIB consacré aux dépenses publiques, ce n’est pas encore assez. L’ultra-libéralisme est à nos portes!

Donc Hamon propose désormais un revenu universel qui consiste en réalité en une prime d’activité augmentée, porteuse d’aberrations extravagantes. Ainsi, les étudiants qui travaillent en perdront le bénéfice, en revanche, les fils à papa dont les parents financent les études y auront droit. Comment, au nom de la solidarité, les vieux démons de gauche deviennent les principaux facteurs agissants de la reproduction sociale et de la sélection par l’argent.

Charité bien ordonnée… comme on dit dans la gauche caviar.

Hamon revient aux vieux schémas idéologiques

Pour le reste, Benoît Hamon continue à propager le fantasme d’un libéralisme hurlant, phase préparatoire au fascisme de Marine Le Pen. Quand on entend ça, on a envie de lui dire: Pépère, renonce à la vulgate marxiste de l’UNEF où tu as commencé ta carrière, et regarde la réalité sans tes œillères de syndicaliste étudiant.

Macron est en effet tout sauf un libéral. Il est l’homme du capitalisme de connivence qui veut, sous un emballage remarketé, continuer un système qui prend l’eau. Marine Le Pen est une étatiste de premier ordre. Dans les deux cas, il n’y a pas l’once d’un soupçon de libéralisme qui pointe. Et, répétons-le, avec 56% de PIB étatisés, on n’est pas prêt de le voir arriver, le loup libéral.

Lisez aussi:  L'habitat participatif, nouvel avatar du socialisme

Il vaudrait mieux déplacer le clivage sur d’autres lignes, mon cher Benoît, pour décoder le paysage politique.

Tiens! prenons les dépenses publiques. Il y a bien aujourd’hui deux types de projet. D’un côté, le projet Fillon qui, à une époque, a préconisé leur baisse drastique. De l’autre, tous les autres projets qui sont porteurs d’au mieux une stabilisation de la dépense publique dans le PIB, mais plus généralement de leur augmentation.

Prenons un autre clivage: la réduction du pouvoir de la technostructure. Là, on trouvera partiellement des pistes chez les uns ou les autres (peut-être au Front National d’ailleurs). Mais pour le reste, Macron appartient au même univers que Hamon: la présidentielle doit conforter l’emprise d’une aristocratie d’Etat sur un système qu’elle suce jusqu’à la moëlle.

Les ratés du va et vient du camarade Hamon

Que n’eussions-nous béni le projet Hamon s’il avait réinventé la gauche. S’il avait proposé de nouvelles solidarités et une baisse des dépenses publiques. S’il avait proposé une rupture dans la gouvernance et les institutions tout en augmentant leur caractère démocratique. S’il avait proposé de nouvelles libertés pour tous, au lieu de nouvelles couches de réglementations, qui sont aux citoyens de la République ce que la pâtée est au canard en phase de gazage: une oxydation lente des neurones et des muscles avant la phase terminale des libertés.

Source: Jusqu’ici, tout va bien…

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire