Et si la Grèce larguait les amarres?

Analyses
The following two tabs change content below.
Stéphane Montabert est Français d'origine. Installé depuis 1988 en Suisse, citoyen suisse depuis 2009, il est membre du Conseil Communal de Renens, élu UDC. Stéphane Montabert apporte à MaVieMonArgent un regard, souvent décalé et toujours pertinent, débarrassé des scories de l'ambiance franco-française sur notre propre actualité ou l'actualité européenne.

parthenon grece et europeTout doucement, envie de changer d’atmosphère…

Les négociations entre le gouvernement grec et la Troïka ressemblent toujours à un dialogue de sourd. Alors, au jour le jour, le gouvernement d’Alexis Tsipras calcule s’il a encore des expédients pour rembourser la prochaine tranche de dette… L’image n’est pas sans rappeler celle d’un sportif dans une course de haies, trébuchant sur chaque obstacle mais n’ayant pas encore complètement perdu l’équilibre.

A moins d’une hypothétique renégociation de la dette grecque, que ses créanciers lui interdisent afin de sauvegarder leur propre bilan, le jeu se terminera bientôt. Mais sa conclusion pourrait prendre une autre forme que le Grexit, le Graccident et tous les autres vocables plus ou moins effrayants inventés pour évoquer les différents scénarios.

Contre toute attente, la sortie de la Grèce de la zone euro pourrait avant tout être progressive. Et elle pourrait même ne pas être décidée officiellement par les politiciens.

La décision surviendra non pas lorsque la Grèce n’aura plus assez d’argent dans les caisses pour payer ses créanciers, mais lorsqu’elle n’en aura plus assez pour payer à la fois ses créanciers et ses engagements intérieurs, une étape qui interviendra forcément avant.

Si la Grèce n’a plus qu’un milliard d’euros en caisse et qu’elle en doit un au Fonds Monétaire International et un autre en versement de pensions et salaires, traitement de ses fournisseurs, etc., que faire? Qui aura l’argent et qui n’aura rien?

Sur la base de ce qu’il a fait par exemple début mars en décidant de piller les fonds de pension de retraite pour payer une échéance du FMI, nous savons que le gouvernement grec prendra probablement une décision en faveur de l’international. Entre les obligations intérieures d’une part et les créanciers internationaux d’autre part, le gouvernement grec a jusqu’ici clairement décidé de sacrifier les premiers en faveur des seconds.

Mais que se passera-t-il lorsqu’il n’y aura plus d’euros dans les caisses et que tous ceux qui y reviennent seront entièrement phagocyté par le paiement de la dette publique? Que fera le gouvernement grec pour toutes les autres dépenses courantes? Supprimera-t-il d’un coup les rentes des retraités, des chômeurs, le salaire des fonctionnaires, le paiement de ses fournisseurs? On peut le concevoir, mais cette trajectoire risque de provoquer des troubles civils énormes, des faillites en cascade, voire un danger immédiat pour le régime – les militaires devenant parfois une catégorie de personnel assez chatouilleuse lorsqu’ils ne sont plus payés…

Le plus simple pour donner le change à la place serait d’émettre des reconnaissances de dettes. La méthode fut employée à de nombreuses reprises de part le monde – jusqu’en Californie où les affrontements politiques autour du budget, bloquant tous les paiements, amenèrent l’Etat fédéré à émettre des IOU (pour « I owe you », « Je te dois ») en guise de salaires pour ses fonctionnaires en attendant que la situation se débloque.

Lisez aussi:  Le Chômage des jeunes, la faillite du socialisme français

grèce,faillite,monnaie
Un IOU californien de 2008 (cliquez pour agrandir)

En Grèce, la chose se pratiquerait quasiment de la même façon. Plutôt que de payer 1’000 euros à un fonctionnaire, ce dont il serait bien incapable, le gouvernement grec lui donnerait plutôt un certificat – officiel, signé, sur un joli papier à motif etc. – inscrivant une dette de 1’000 euros au porteur. Ou peut-être dix certificats de reconnaissance de dette de 100 euros, histoire de rendre les transactions plus pratiques…

On l’aura compris, ces reconnaissances de dettes seraient de facto une nouvelle monnaie.

Compte tenu de l’attachement des Grecs à l’euro il n’est pas certain que le gouvernement d’Alexis Tsipras ose nommer ses reconnaissances de dettes « nouvelle drachme » ou quoi que ce soit qui évoque trop ouvertement une monnaie alternative, même si dans les faits elle joue exactement ce rôle. Mais que la nouvelle monnaie s’intitule à nouveau « drachme », « G-euro » ou quoi que ce soit d’autre n’a finalement aucune importance.

La coexistence en Grèce de l’euro avec une seconde monnaie officielle purement locale n’a rien de nouveau ; l’idée fut suggérée dès 2012 par un économiste de la Deutsche Bank. Mais elle semble avoir fait son chemin durant ces quelques années puisque c’est désormais par le biais de responsables européens qu’elle reviendrait sur le devant de la scène, selon des discussions formulées il y a moins d’une semaine.

La monnaie-papier n’est, par essence, rien d’autre qu’une reconnaissance de dette. Cette dette était initialement sensée être remboursable contre un équivalent-or auprès d’une banque centrale mais, depuis l’abandon de la convertibilité, la monnaie-papier a perdu toute signification. La seule caractéristique qu’elle conserve encore est celui du monopole légal. Dans la zone euro, les reconnaissances de dettes émises par la banque centrale européenne, c’est-à-dire les euros, doivent être acceptés comme moyens de paiement. Un commerçant doit afficher ses prix en euros et ne peut théoriquement pas refuser le paiement d’une marchandise contre des euros.

On s’en doute, la nouvelle monnaie émise par le gouvernement grec n’aurait pas cette qualité, en particulier hors des frontières. Mais à l’intérieur du pays, elle trouvera forcément un usage – ne serait-ce que parce que beaucoup de gens n’auraient rien d’autre pour payer. Quel sera le cours entre cette nouvelle monnaie et l’euro? Quel « montant scriptural de reconnaissances de dettes en euro de l’Etat grec » faudra-t-il aligner pour acheter un bien vendu à 100€? Certainement pas cent, on s’en doute, puisque pareille transaction reviendrait à échanger à 1 pour 1 une monnaie ayant court dans toute la zone euro contre une autre ne valant qu’en Grèce. Mais alors combien? Cent vingt? Cent cinquante? Mille? A ce stade, c’est pure spéculation. Cela dépendra non seulement des circonstances mais aussi du volume de nouvelle monnaie émis par le gouvernement – et à beaucoup de montagnes russes alors que la Grèce continue à s’empêtrer dans la crise économique.

Lisez aussi:  Le consommateur français, reflet de l'échec socialiste

nouvelle_drachme_500.jpg
Projet de billet de 500 Nouvelles Drachmes selon une étude du gouvernement grec

L’émission de reconnaissances de dettes par le gouvernement grec fera à nouveau de lui un émetteur de monnaie-papier, au minimum auprès de son public captif (fonctionnaires, fournisseurs, bénéficiaires de rentes), ce qui lui restituera un attribut de souveraineté abandonné lors du passage à l’euro.

Évidemment, l’euro authentique continuera d’avoir cours en Grèce et sera activement recherché, mais seuls les touristes et les acheteurs étrangers permettront de s’en procurer. Il en faudra pourtant, non seulement pour payer des marchandises importées en Grèce (comme du carburant) mais aussi parce que l’Etat grec, toujours autant aux abois lorsqu’il s’agira de payer le remboursement partiel de la monstrueuse dette publique grecque, devra en disposer en quantité suffisante lors des échéances. La dette publique grecque a été creusée en euros, elle devra être payée en euros aussi longtemps qu’il est possible…

Comme on imagine aisément, l’arrivée d’une monnaie locale ne mettra de loin pas un terme aux problèmes financiers de l’Etat grec. Elle ne sera au mieux qu’un pis-aller et représentera surtout un point de non-retour. Si cette monnaie apparaît parce que l’Etat grec est en cessation de paiement en euro, on voit mal comment la situation pourrait s’améliorer alors même que cette nouvelle monnaie, sans cours à l’international, se répand progressivement dans les rouages économiques du pays. L’euro ne subsistera que dans quelques secteurs particuliers comme le tourisme et l’industrie d’exportation.

Si l’arrivée de la nouvelle monnaie donne un peu de répit à Athènes, il arrivera assez vite un moment où les reconnaissances de dettes auront fait un tour complet jusqu’à revenir dans les caisses du gouvernement. Les citoyens grecs s’empresseront d’utiliser cette nouvelle monnaie en priorité pour payer leurs impôts, et on voit mal comment l’Etat grec pourrait refuser une promesse qu’il émet lui-même! Les rentrées fiscales en euro s’étioleront rapidement et deviendront donc trop faibles pour permettre le remboursement de la dette publique. On reviendra donc au point de départ de la crise, le défaut grec.

Malgré tout, on ne peut exclure totalement l’hypothèse de l’émergence d’une monnaie grecque locale. Il s’agirait certes d’une hérésie pour les puristes de l’euro mais apparemment cette perspective est envisagée en haut lieu. De plus, cette solution à deux monnaies, relativement facile à mettre en place, aurait l’avantage de proposer une alternative – fut-elle temporaire – à la cessation de paiement pure et simple. Lorsqu’un gouvernement navigue autant à vue au jour le jour que l’équipe d’Alexis Tsipras, tous les expédients semblent sur la table pour gagner encore quelques semaines, quelques mois…

Dans la crise de la dette publique, procrastination et chemin de moindre résistance sont les deux principes majeurs qui ont prévalu jusqu’ici ; ceux-ci passent par la création d’une nouvelle monnaie en Grèce. Voilà pourquoi la nouvelle drachme pourrait bien faire son apparition, alors que les choses se précipitent.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire