Duflot assignée pour complicité de vol

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Un propriétaire du Vaucluse a déposé une plainte à l’encontre de la ministre du Logement, pour dénoncer les difficultés que rencontrent les bailleurs en cas d’impayés.

Lu ici

Dans la série des petits David…

Jacques Flon, bailleur de logements dans la Drôme et en Ardèche, dénonce depuis longtemps le désavantage des propriétaires en cas d’impayés de locataires. Selon LeDauphiné, qui relate son histoire, l’homme avait déjà écrit à Cécile Duflot afin de lui rappeler le parcours du combattant : larges sommes déboursées, attente de deux ans en moyenne avant de retrouver son bien… Mais face au silence de la ministre, M. Flon a décidé de donner dans le plus médiatique : il a « carrément déposé plainte à son encontre », selon le quotidien.

Visiblement exaspéré, le propriétaire explique dans une missive envoyée au procureur de la République d’Avignon, que « depuis plus de trente ans, la loi protège de manière excessive le locataire indélicat au détriment du propriétaire, au point que les droits de ce dernier sont piétinés par les tribunaux. Mais, au lieu d’abroger ces lois iniques, la ministre du Logement les durcit davantage ».

Lisez aussi:  Le "Cosse ancien", un dispositif fiscal intéressant

Un régime particulièrement incitatif à la fraude

Et de faire l’analogie avec d’autres secteurs dans lesquels il n’y a « ni moratoire ni amnistie ». Par exemple, en cas de retard dans le paiement des impôts, le fisc a mis en place des majorations immédiates. Dans la restauration, le fait de partir sans payer, est puni par le code pénal à travers le délit de grivèlerie, explique-t-il dans sa lettre. Autant de réponses immédiates, qui font cruellement défaut, selon lui, aux manquements dans le bail d’habitation.

« Alors, pourquoi les propriétaires bailleurs n’ont-ils absolument aucun recours efficace contre le locataire qui ne paye pas son loyer ou qui dégrade son appartement ? Mme Duflot reste silencieuse sur cette anomalie », déplore Jacques Flon, qui reproche à la ministre du Logement de contribuer « à aggraver des lois niant et violant les droits des bailleurs. »

Il ne « lâchera rien » (encore un…)

L’initiative de Jacques Flon ne devrait pas rester lettre morte. Outre la procédure judiciaire, qui suit son cours, il a déjà reçu, depuis la publication de cet article dans les colonnes et sur le site Internet du Dauphiné Libéré, de nombreuses marques de soutien.

[tell-a-friend id= »1" title= »Faites suivre »]


Mobile 768x128

Avez vous lu ces articles?

2 comments

  • C’est une bonne initiative ; il faudrait également suggérer à ce monsieur, s’il ne l’a déjà fait, de voir ce que la législation européenne peut apporter comme éléments pour appuyer sa requête. Un benchmark des pratiques européennes serait un bon outil également, … et ensuite un peu de lobbying, en évitant les Fnaim et autres vers qui sont dans le fruit.

Laisser un commentaire