CSG sur les retraites, histoire… de râler?

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

hausse de la CSG sur les retraitesLe 1er janvier dernier, le taux de CSG sur les retraites a augmenté de 1,7% sur les pensions dont le montant dépasse 1.200 euros mensuels brut. Ce taux est il exact? Y a-t-il matière à râler?

Bonne année les retraités !

Quelque 60% des retraités, dont nous ne pouvons résister au plaisir de rappeler qu’ils furent 74% (avec le taux d’abstention le plus faible des CSP) à voter Macron en 2017, ont eu le bonheur de commencer 2018 par une baisse de leur pension. C’est en effet le 1er janvier qu’est entrée en vigueur la hausse de 1,7% de la CSG sur les retraites au-dessus de 1.200 euros brut par mois.

Elle passée de 6,6% (dont 4.2% déductibles) à 8,3% (dont 5.9% déductibles).
Sur les pensions, ce prélèvement vient s’ajouter à deux autres : la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), dont le taux est de 0,5%, et la contribution de solidarité pour l’autonomie (0,30%). Pour les retraites de régimes complémentaires (Agirc-Arrco) s’ajoute une cotisation d’assurance-maladie de 1%. Au total, ces prélèvements s’élèvent à hauteur de 9,1% de la pension brute pour les régimes généraux et à 10,1% pour les régimes complémentaires.

Naturellement, les personnes concernées hurlent sur les réseaux sociaux, sur les forums, dans les commentaires ou auprès d’associations, car leur retraite de base de janvier vient d’être versée début février, et leur complémentaire impactée par la hausse de la CSG sur les retraites leur a été versée dès le début du mois de janvier.

1.7 ou 1.86%?

Parmi les plus agressifs, certains (attention à la prochaine loi sur les fake news), affirment avoir alors constaté un recul plus important qu’officiellement annoncé par le ministère de leur pouvoir d’achat…

Certains, chiffres à l’appui, affirment subir une baisse de 1.84 ou 1.86% de leur pension, n’hésitant pas à accuser le gouvernement de mensonge et d’occultation. (bande de « complotistes », va!)

Alors, quand est il du montant exact de la CSG sur les retraites?

Au 1er janvier, la CSG sur les retraites a bien été augmentée d’1,7 point, comme annoncé par le gouvernement. Mais, pour comprendre la différence d’appréciation, amusons nous à faire un petit calcul.

Prenons pour exemple une pension de 1.500 euros brut.

Avec l’augmentation de la CSG, il perd à partir de ce mois-ci 25,05 euros net sur sa retraite de base, soit effectivement 1,7% de sa pension brute corrigée, la base de calcul étant égale à 98.25% du montant de pension.

Au bout du compte, sa pension nette, c’est-à-dire une fois tous les prélèvements effectués, a subi cette soustraction entre décembre et janvier : 1.389 – 25,5 = 1.363, 5 euros. Calculons maintenant le taux d’évolution entre les deux mois, avec un simple produit en croix : 1.389 étant la base de départ, et 25,5 la somme perdue, il faut multiplier 25,5 par 100 et diviser ce produit par 1.389 = 1,84%. C’est effectivement le résultat dénoncé sur les réseaux sociaux.

Dans le cas d’une retraite complémentaire, en raison de la taxe supplémentaire sur la santé, ce même calcul équivaut à un recul de 1,86%.

Au moins sur ce coup là, le gouvernement n’a pas menti

On le voit, donc, le gouvernement n’a pas triché mais les chiffres avancés par les « retraités râleurs » des réseaux sociaux sont quand même bons, à ceci près que ce n’est pas la ponction de la CSG qui « a en fait augmenté de 1,84 à 1,86% », c’est la hausse de 1,7% de la CSG, calculée sur le montant brut, qui aboutit, par le jeu des assiettes, à un recul de pouvoir d’achat net de 1,84% (sur la retraite de base) à 1,86% (sur la partie complémentaire).

Une légère nuance qui n’a pas échappé aux retraités qui ont la calculette facile et tout le temps de l’utiliser.

Et si nous parlions de la CSG des actifs?

tableau comparatif CSG sur les retraites

Je dois l’avouer, cet emportement des retraités à propos de cette augmentation de la CSG sur les retraites m’a agacé.

  • Quelqu’un peut il m’expliquer pourquoi les retraités bénéficient d’un taux de CSG minoré par rapport aux actifs?
  • Quelqu’un peut il m’expliquer pourquoi ceux qui sont les plus gros consommateurs de soins paient moins pour la protection santé que les autres?

Dans l’espoir de calmer les ardeurs revendicatrices de nos retraités, je me suis permis d’établir un tableau dans lequel nous retrouvons, certes, l’augmentation récente de la CSG sur les retraites, mais aussi la différence existant entre les montants de CSG payés par un retraité et un actif à montant de revenu équivalent! Pour un revenu moyen de 2000€ par mois, ce sont 212€ de moins de cotisations CSG que paie un retraité par rapport à un actif.
Un effort supplémentaire de la part de nos râleurs afin de les aligner ne serait donc pas complètement stupide… Mais bon, qu’ils se rassurent, en votant comme ils le font, ils restent l’objet de toutes les attentions d’une classe politique française essentiellement mue par le clientélisme….

Avez vous lu ces articles?

One thought on “CSG sur les retraites, histoire… de râler?

  • Dans votre obsession à faire apparaître les retraités comme des nantis (gageons que, lorsque vous serez de l’autre côté du tableau, votre raisonnement s’inversera…), vous oubliez de parler des effets cumulés à moyen terme (quelques années) sur les revenus des retraités, et notamment de la fiscalisation du supplément familial à cause de laquelle des retraités qui ne payaient pas d’impôts se sont mis à en payer ou ont changé de tranche. Autrement dit, des allocations justement versées au titre de la reconnaissance de la nation envers ceux qui ont eu le courage de faire des enfants et de s’en occuper jusqu’à leurs 16 ans sont devenues imposables !
    Loin de moi l’idée de pleurer sur les retraités en général, mais c’est un mauvais procès qu’on leur fait, que j’ai un peu tendance à comparer à de l’ingratitude envers d’anciens combattants. En outre, je ne suis pas sûr qu’à ce régime le gouvernement y gagnera, car avec une telle instabilité fiscale il provoquera le départ massif de cette catégorie de contributeurs, dont l’exode est facilité par l’absence d’attaches financières, sachant qu’il y a de nombreux pays en Europe et ailleurs qui sont prêts à leur dérouler le tapis rouge et le font savoir…
    Signé : un jeune retraité ancien officier de carrière, père de 10 enfants dont encore 7 à charge (3 en études supérieures).

Laisser un commentaire