Convention d’objectifs et de gestion

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Convention d'objectifs et de gestionDeux ministres, un directeur et des journalistes pour présenter des mesures de rationalisation pompeusement baptisées « Convention d’Objectifs et de Gestion »

C’est toujours drôle de voir comment les administrations publiques pontifient des mesures « normales » de gestion. Lundi 4 juin 2018 a vu la signature de la « Convention d’objectifs et de gestion » de la CNAV.

Pour signer cette convention d’objectifs et de gestion (COG) portant sur la période 2018-2022, il a fallu pas moins de Gérald Darmanin,  ministre des Comptes publics, de Agnès Buzyn en qualité de ministre « des Solidarités » (ça, c’est comme la liberté, quand on la met au pluriel, c’est mauvais signe..) de Renaud Villard,  directeur de la Cnav, et d’une ribambelle de journalistes.

Qu’est ce qu’un Convention d’objectifs et de gestion?

Ce n’est rien d’autre qu’un document d’action portant sur une période données, avec de grands objectifs, de grands schémas et diagrammes et surtout… de grandes promesses.

Cette fois ci, le document fixe douze priorités, dont celle d’« accroître la performance économique de la branche retraite » de la Sécurité sociale, qui emploie près de 13.000 personnes.

Lisez aussi:  Ils manifestent... contre le climat!

Quels sont les grands engagements?

Sur le plan des effectifs, l’absorption de RSI entraînera un accroissement de 1800 personnes dans la branche retraite. L’objectif est donc de réaliser une restructuration permettant de supprimer 900 postes.

Voici les principaux « leviers » qui seront appliqués pour permettre d’« optimiser (les) coûts de gestions »: Tout d’abord, les « mutualisations » avec d’autres administrations et caisses de retraite,  mais aussi les « opportunités d’externalisation ou de déport sur les assurés ». Cela prendra la forme de nouveaux services numériques « pour que l’assuré ait la possibilité d’effectuer ses démarches en ligne de bout en bout »: demande de réversion, rachat de trimestres, rectification de carrière, paiement des indus…

Ainsi, pour les pensions de droit direct, la proportion de demandes de retraite effectuées via internet devra passer de 25% en 2018 à 55% en 2022.

La CNAV fera des économies, mais ce sont les retraités qui vont se mettre au boulot. Bon, remarquez, a priori, ils sont en retraite….

Enfin, bon, tout cela, si se m’est en place, n’est que bonne gestion et il n’y a matière à en faire tout un patacaisse…

Lu sur:

L'Assurance retraite gagnera 900 postes d'ici 2022, gr?ce ? la disparition du RSI

L’Assurance retraite gagnera 900 postes d’ici 2022, grâce à la disparition du RSI
La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a annoncé jeudi la signature d’une nouvelle convention avec l’Etat, qui se traduira par un gain de 900 postes grâce à l’intégration d’une partie des agents de l’ex-Régime social des indépendants (RSI).

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.