Bercy met fin à l’anonymat des cartes prépayées

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

compte-nickelLe terrorisme a bon dos. C’est l’usage supposé de cartes prépayées par des terroristes qui permet à Bercy de mettre fin à cet espace de liberté

Des cartes sans vérification d’identité

Vous pouvez aujourd’hui, de manière parfaitement légale, disposer d’une carte de paiement estampillée VISA ou Mastercard sans que Big Brother soit au courant (ou presque…). La loi en permet l’utilisation dans la limite de 250 euros pour les cartes non-rechargeables et de 2.500 euros par an pour les cartes rechargeables.

C’est bientôt fini, N-I!

« Un décret en préparation par mes services prévoit notamment une prise d’identité dès le premier euro pour les cartes prépayées anonymes, c’est-à-dire chargeables ou rechargeables en espèces », a déclaré M. Sapin à l’Assemblée Nationale dans le cadre de l’ouverture des débats sur le projet de loi de réforme pénale.

Le prétexte à cette annonce est l’utilisation que les terroristes auraient faite de cartes prépayées dans le cadre de la préparation de leurs attentats.

Un bien mauvais prétexte

L’origine des cartes prépayées

Par le biais des cartes prépayées, une partie des flux échappait à l’ogre. Cet outil, qui à l’origine était une solution essentiellement utilisée par les interdits bancaires et ceux à qui leur banque refusait même une « électron », connu une certaine prospérité (dans sa version non rechargeable) dans le cadre des achats sur Internet, puisque même piratée, rien de plus que le montant initial ne pouvait en être débité.

Lisez aussi:  Taxe sur les dividendes : Moscovici intervient

Très rapidement, les bricolos du dimanche comprirent l’usage qu’ils pouvaient en faire. En rechargeant la carte avec des espèces, les voilà en mesure de remettre dans le circuit de l’argent pas forcément déclaré à Bercy.

Imaginez l’hystérie sur les bords de la Seine! Et pour vous prouver que nos zamis les fonctionnaires n’ont pas attendu les attentats, voici ce que nous écrivions il y a pile poil un an: Le terrorisme a bon dos (et oui, déjà!), un article dont pas un mot n’a pris une ride…

2500 € pour préparer les attentats?

Si les cartes prépayées françaises ne conservent leur anonymat que jusqu’à 2500€ et que nos amis de Bercy veulent nous faire croire que c’est de cette manière que les attentats de Paris ont été financés, c’est se payer notre tête. D’abord, les cartes prépayées existent dans le monde entier. Vous pouvez en acheter sur Internet avec virement via Moneytransfert ou Western Union à Gibraltar, sans montant maximum et renouvelables autant que vous souhaitez. Ensuite, il a été établi que des armes ont été achetées sur le net (le darknet accessible via Tor) et payées en bitcoins.

Triomphe de Big Brother

La vérité, c’est que l’occasion fait le larron et que, de même que le terrorisme a été le prétexte de prendre des mesures liberticides qui ont permis de fermer un site internet tenu par un curé et un autre tenu par un responsable de parti d’extrême droite, il est aujourd’hui le prétexte pour les rapaces fiscaux de contrôler le moindre euro qui était susceptible de leur échapper.

Lisez aussi:  Prêter ne signifie pas faire un cadeau

Ils veulent faire exemple

Bien évidemment, comme d’habitude, nos terroristes de Bercy vont essayer de faire en sorte que leur idée de génie soit débattue dans les prochains mois au niveau européen….. dans le cadre d’un plan d’action de l’UE contre le financement du terrorisme! Ben tiens, quand on tient une idée, faut pas la lâcher. Espérons que les autres pays soient un petit moins liberticides.

1.1 forfaits mobiles red - Grand Forfait - gif 728x90

Partagez cet article:

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire